Les Délices de NINA


Les parfums sucrés est un art périlleux, de nombreuses marques s'y risquent en remportant plus ou moins le succès espéré. La "pomme" de Nina Ricci fait partie des jus sucrés qui perdurent et donc qui nous plaisent. 





LES DÉLICES DE NINA


L'évolution de notre odorat est, certes, moins marquée que l'évolution de notre goût, mais c'est quelque chose qui nous accompagne tout au long de notre vie. Vous ne trouverez pas beaucoup d'enfants qui seront d'accord pour troquer leur paquet de bonbons contre un plat gastronomique, tout comme vous ne trouverez pas beaucoup d'adultes qui sont prêts à faire l'envers. A chaque étape de notre vie les goûts et odeurs associées, c'est simple. Ainsi, si je remonte 7 - 8 ans en arrière et me remémorant des jus qui étaient présents dans ma salle de bain à l'époque, je ne pense pas me tromper en vous disant qu'au moins la moitié d'entre eux était composée des parfums sucrés ("pomme" de Nina, L de Lolita Lempicka, Amor Amor de Cacharel etc.). Aujourd'hui, le sucré ne m'attire pratiquement plus à quelques (très) rares exceptions près. Il faut tout de même vous avouer que je suis très peu "sucré" dans mes choix culinaires, je n'aime pas le chocolat (oui, ça existe) et je préfère de loin le salé. En revanche, je peux quand même me permettre une gourmandise de temps à autre à seule condition qu'elle soit du domaine "sucré - salé" (j'adore le cheesecake) ou "sucré - acidulé". 

Tout comme dans la pâtisserie, l'équilibre des goûts est le nerf de la guerre; dans l'univers olfactif il est tout aussi primordial. Un parfum 100% sucré ne séduira pas la cible un peu plus âgée au palet développé qui, malgré tout, aime parfois s'amuser avec la gourmandise. Pour vous donner l'exemple de ce que j'appelle "100% sucré", prenez le Sweet de Lolita Lempicka qui a été voulu comme un certain challenge et qui finalement ne m'a pas trop emballé (je pense qu'il plaira d'avantage aux filles très jeunes). 

Mais revenons à la pomme de Nina revisitée pour ce printemps aux couleurs des candies. A l'époque de sa sortie il y a quelques années, j'y ai succombé tout de suite. Si mes souvenirs sont bons, j'ai dû commencer par un flacon de 30 ml, puis j'avais racheté un de 100. Puis, j'étais passée à autre chose car vous me connaissez assez volage en terme de produits / parfums (j'aime changer). C'est donc un certain plongeon dans mes souvenirs que j'ai effectué en sentant cette nouvelle réédition :


Première impression ? J'ai tout de suite reconnu Nina, c'est bien le jus que je portais à l'époque. Comme mes souvenirs remontent à il y a assez longtemps, je ne peux hélas vous dire avec précision en quoi cette version est différente de l'originale, je crois que les notes acidulées ont été d'avantage renforcées. C'est un parfum sucré - acidulé, mais plus acidulé que sucré en fait. La marque nous parle d'un accord "fraise bonbon" mêlé aux notes acidulées de mandarine et de citron. Pour ma part, je ne ressens pas la fraise, ni le bonbon, mais l'impression olfactive est très similaire à celle que l'on a en prenant un bonbon acidulé dans la bouche : au début ça picote un peu le palet, puis ça libère le goût  rond de sucre. C'est une composition olfactive, certes, assez simple (on est loin de ce qu'on appelle la parfumerie de niche) mais facilement lisible et séduisante à mon goût. Pour celles qui connaissent l'eau de toilette de Carven, c'est un jus réalisé dans le même esprit. 

Les Délices de Nina Eau de Toilette, 50 ml (édition limitée) : 57,50€ chez Sephora


5 commentaires:

  1. Très joli article :) C'est vrai que pour ma part je n'ai pas eu de coup de foudre non plus pour "Sweet" ; je l'ai trouvé fade... Mais je reste fan des senteurs sucrées. J'ai des goûts très larges en matière de parfums. Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, Sweet est vraiment trop simpliste côté composition olfactive (du sucre pur, mais j'ai des gens autour de moi qui en sont fans, comme quoi). La pomme de Nina est bien plus raffinée, plus complexe, équilibrée, le sillage reste vraiment longtemps et d'ailleurs le fond du parfum (ce que l'on sent le lendemain) n'est pas du tout sucré, j'aime bien
      P.S.: moi aussi j'ai des goûts assez larges, je suis convaincue qu'on peut aussi bien apprécier les parfums de niche que les parfums de "grande distribution", je les trouve différents mais j'aime autant les deux catégories

      Supprimer
  2. J'adore la bouteille !

    Je suis un peu comme toi, avant j'adorai tout les parfums sucré .. mais la je remarque que je m'en éloigne de plus en plus. Mon chouchou ? ! le Kenzo Jungle. Je ne m'en lasse pas.

    Je vais à sephora cette après midi, j'irai le sentir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou miss,
      je pense que c'est une évolution normale de nos goûts olfactives qui ne peuvent pas rester les mêmes tout au long de notre vie. Ainsi, on commence par les sucrés et on finit sur les aldéhydes que les jeunes filles appelles "parfums des mamies" :)

      Supprimer
  3. j'ai eu l'occasion de l'essayer en magasin et pour ma part je l'adore ! il est sucré a souhait ( je ne suis pas encore à l'age mamie ) et il tien très longtemps

    RépondreSupprimer

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Dans la liste déroulante Commentaire, Sélectionner le Profil , cochez Nom/URL, vous pouvez laisser vide le champs "URL"
3) Saisissez votre nom (pseudo) après l'intitulé Nom
4) Cliquez sur Publier commentaire

Voilà : c'est fait.
Et un grand MERCI !!!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...